Ah ah ah ah ... Pétain de toi pauvre de nous !

Publié le par PS de Narbonne



La section PS de Narbonne communique


Ah ah ah ah ... Pétain de toi pauvre de nous !


L'amoralité et le cynisme guident, depuis longtemps, la carrière politique de notre président, formé par ses deux mentors Chirac et Pasqua : deux exemples de probité et de moralité comme chacun le sait ...

Ceux qui n'ont pas le souvenir de son passage à Bercy, sous Balladur, où il a contribué à établir un triste record en matière de déficit public, se rendent compte aujourd'hui de l'incompétence du personnage.

Nicolas Sarkozy avait semé l'illusion durant la campagne présidentielle, il récolte aujourd'hui une tempête.

Un chercheur a même fait une allusion à Vichy à propos de la réforme sur les universités, c'est dire ou il nous mène.
Ah ah ah ah ... Pétain de toi pauvre de nous ! Aurait dit le grand Georges ...

Celui qui voulait mettre la France à la remorque de Bush est maintenant désemparé face aux audaces d'Obama et ce ne sont pas ses pérégrinations au Moyen-Orient, au coté de Bernard Kouchner son Ministre ... des affaires si étranges, si l'on en croit le dernier livre de Pierre Péan, qui vont redorer son blason.

La marmite est pleine, monsieur le Président, et elle menace d'éclater.



"Je ne vous mentirai pas" disiez vous, hors tous les chiffres que vous avez énoncés lors de votre intervention télévisée sont contestables et contestés.

Vous avez l’audace de nous dire qu’il ne faut pas augmenter le SMIC, parce que les « gueux »  vont dépenser cette "manne" en achetant des produits venus de l'étranger et creuser ainsi le déficit du commerce extérieur.

Pensez-vous que ceux qui reçoivent, grâce à votre bouclier fiscal, des chèques colossaux de l'administration fiscale ont renoncé, par patriotisme économique, à s'acheter de belles berlines étrangères au profit de véhicules français et qu’ils se précipitent, quatre fois par semaines, dans nos commerces ou grandes surfaces pour faire leurs courses ?

Puisque vous ne semblez pas mesurer l'étendue de vos dégâts, retirez donc vos oeillères et regardez, si besoin est, à la (Guade) loupe ce vent de révolte qui monte chez vos compatriotes et qui risque fort de vous emporter.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article