Des millions de stock-options : Émoi, émoi, émoi !!!

Publié le par PS de Narbonne



La section PS de Narbonne communique


Des millions de stock-options : Émoi, émoi, émoi !!!


Émotion bien tardive, pour vous qui n'hésitez pas à retourner votre veste pour un bleu de travail, selon qu'il s'agit de festoyer au Fouquet’s avec vos potes du CAC 40 ou d'aller promettre monts et merveilles aux salariés de chez Gandrange.

Un sentiment d'injustice grandissant monte dans le pays autour des sommes colossales que s'octroient des patrons sans vergogne et sans pudeur, déjà grassement gratifiés de votre paquet fiscal.

Vous voudriez apporter votre contribution à la moralisation du capitalisme quand, dans votre pays et depuis bientôt deux ans, votre programme économique est la copie conforme de celui édicté par le MEDEF ?
Un petit conseil, si vous ne voulez pas vous décrédibiliser encore un peu plus : Ne restez pas trop longtemps sur ce terrain de la morale, cantonnez-vous au capitalisme c'est un sujet que vous maîtrisez mieux ...

Dans un récent discours, ne reculant devant rien, vous nous avez refait votre speech préféré sur l'insécurité.
C'est décidé après cinq années passées au ministère de l'intérieur vous voulez mettre hors la loi les bandes dans les quartiers. Diantre !!!

Permettez-nous de vous dire que vous êtes hors sujet.
Aujourd'hui, ce que nous exigeons, c'est une loi qui contraigne vos amis de la haute finance à être privés de leur pécule sur les bonus et les stock-options et pas le décret inapplicable que vous nous sortez du chapeau pour mieux mystifier la France entière.

Cette loi vous refusez de la soumettre au vote, quoi de plus normal pour notre Zorro (pointé) National, car elle s'appliquerait à ces mêmes amis qui vous ont amené au pouvoir, à travers les organes de presse qu'ils dirigent.


C'est cette presse quasi pravdaïenne qui, depuis trop longtemps, veut nous faire prendre son Messie pour une lumière.

Nous nous souvenons qu'elle nous décrivait une France au bord de la guerre civile, en 2002 lors de la présidentielle et qu'elle  ne parle plus aujourd'hui d'insécurité mais de faits divers ou de fatalité fâcheuse.

"Je n'ai pas été élu pour augmenter les impôts" dites-vous, monsieur le Président de la République.
Effectivement vous préférez laisser ce soin à vos successeurs qui devront bien éponger l'ardoise des déficits et d'une dette publique qui dépasse quotidiennement des records historiques.

Que nous sachions vous n'avez pas été élu pour supprimer peu à peu et insidieusement l'impôt sur la fortune et ramener le taux du livret A, à un niveau bientôt proche de zéro.

Depuis 2002 c’est un manque à gagner de près de 30 Milliards d’€ par an pour le budget de la France, suite aux réduction d’impôts sur les revenus accordées aux catégories les plus aisées, qui est à mettre à l'actif de vos gouvernements de droite successifs.

Nous, socialistes, n’avons pas peur de le dire, ce mot « Impôt » n’est pas un gros mot et, de retour, aux affaires nous rétablirons une fiscalité équitable et juste pour améliorer le sort des plus démunis.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article