Eric ... Beurks doit battre en retraite

Publié le par Parti Socialiste de Narbonne

0NvEntete.jpg

Le PS de Narbonne communique :

 

Eric ... Beurks doit battre en retraite !

 

Eric ...  Beurks restera dans les annales de la cinquième République comme le plus grand fossoyeur de nos finances publiques, nul ne peut le contester.

eric-woerth


En s'essayant aujourd'hui à réformer nos retraites, avec comme seul argument que l'espérance de vie s'allonge, alors qu'aujourd'hui c'est la désespérance de tout un Pays qu'il faut traiter, ce gouvernement montre tout son mépris pour les Gens de Peu, qu'il exècre par dessus tout.

Durant ces trois dernières années, ce gouvernement à la solde de la grande bourgeoisie et du grand capital aura définitivement galvaudé la définition du mot "Réforme".

A chacun ses références : la notre reste Le Petit Larousse, la leur Le Petit Nicolas ...

 

Petit-nicolas


Cette réforme de nos retraites, et demain celle de nos enfants, est celle de gens résignés, incompétents, incapables d'intégrer le paramètre essentiel du financement de nos pensions : créer les conditions macro-économiques pour que des centaines de milliers de Françaises et de Français retrouvent un emploi pour abonder les caisses qu'ils ont vidées.

Au lieu de cela, c'est l'un des symbole d'un des "bien mal acquis sociaux" (à leurs yeux) - la retraite à 60 ans - qui doit sauter, la faute à François Mitterrand comme dirait notre Prince confort ...

Ne doutons pas que lorsqu'il s'agira de se pencher sur le trou abyssal de notre sécurité sociale, Nicolas Sarkozy n'aura pas de mots assez durs envers Le Général de Gaulle qui, en 1945, a eu l’idée saugrenue de créer cette institution ...

Contrairement à eux, nous, Parti Socialiste, nous ne sommes en rien résignés.

 

Manif-7sept


Et si la colère du peuple n’a pas emporté d’ici là ce gouvernement, de retour aux affaires en 2012 nous abrogerons cette loi scélérate, avec auparavant l’approbation de la majorité écrasante, qui se sera chargée de balayer (ou de kärscheriser) ce pouvoir à l'agonie, par la voix des urnes.

 

Pour l'instant ... rendez-vous le 23 septembre !

Publié dans Actualités

Commenter cet article